BIENVENUE À BORD

SAGA SAPPHIRE

Comme le veux la tradition quand un paquebot arrive dans une nouvelle ville il y a échange de souvenirs. Le maire de Lévis Gilles Lehouillier, le PDG du Port de Québec, Mario Girard ont donc échangé avec le capitaine du Saga Sapphire, Julien Burgess, qui a même signé le livre d'or de la Ville de Lévis en ce dimanche 1er octobre. Nous avons par la suite visité le navire et pris le dîner à bord. Et c'était bien sûr excellent.

LE SOLÉAL

J’ai eu le privilège de monter à bord du paquebot Le Soléal qui effectuait sa première visite à Québec ce mercredi 20 septembre 2017. Arrivé vers 6 heures ce matin d’une croisière qui a mené ses 225 passagers jusqu’au Groenland Le Soléal a laissé ses voyageurs à Québec pour en prendre autant pour une croisière, dont Robert Charlesbois que j’ai vu monter à bord, qui les mènera à partir de 23 heures vers Boston et New York. Le navire fait route pour entreprendre le 15 novembre sa saison de croisières en Antartic. Les 132 cabines du navire ont toutes un balcon sauf 7. Il y a aussi quelques suites dont celle de l’armateur. Tout y est pensé même le service offert par 145 membres d’équipage. Comme le paquebot mesure 141 m/466 p de long par 18/59 de large tirant d’eau de 5m/16 p. Les corridors sont moins long que sur un autre navire. Un grand chef prépare les repas, des naturalistes accompagnent les voyageurs sur les glaces. Il y a même un hôpital équipé pour faire face à presque tous les problèmes, compte tenu que le navire navigue dans des régions éloignées. Son armateur Le Ponant, seul armateur français, a quatre autres paquebots de même taille en construction. Le premier sera en service en 2018 et le Champlain entreprendra en 2019 une série de croisières qui le mèneront de Montréal à Chicago. Ces nouveaux navires auront des fenêtres sous-marines permettant de voir les fonds marins et d’entendre les sons dans le plus grand confort. Les prix font sursauté même tout est inclus dans le prix même la boisson. 

HARMONY OF THE SEAS

J’ai passé la dernière semaine de janvier 2017 à bord du plus gros navire de croisières au monde l’Harmony of the Seas de la Royal Caribbean Cruise Line lors de sa saison inaugurale. C’est un cadeau que je me suis offert pour mon anniversaire. Une expérience que j’ai grandement appréciée. Pour ceux qui craignent ces immenses bateaux, jamais je n’ai senti la pression du nombre, pas plus que sur n’importe quel paquebot. C’était ma 14e croisière. Il faut s’attendre à marcher beaucoup sur ces gros bateaux parce que la restauration est généralement située à l’arrière du navire alors que le divertissement est situé à l’avant. Entre les deux un immense atrium sur trois étages bordé de boutiques de luxe et de restaurant avec en son centre des comptoirs où l’on fait des ventes très courues tous les jours. Un plafond lumineux anime aussi l’atrium, Ce bateau est complètement numérique. Des Ipad sont installés un peu partout pour effectuer les réservations dans les restaurants, pour les spectacles et les excursions. Au cours de la croisière j’ai vu Grease, un spectacle sur patins à glace, un spectacle de plongeon, une comédie musicale et il y avait aussi un spectacle d’humour en anglais. Nous étions environ 6 000 passagers servis par 2 100 membres d’équipage. Le ratio est habituellement de un membre d’équipage pour deux passagers. À cause de la numérisation sur l’Harmony of the Seas le ratio passe à 1 pour 3. Comme sur tous les bateaux de croisières le personnel est très attentionné, les services et la nourriture de première classe. La salle à manger compte quatre étages dont un sans réservation. Le buffet compte deux points de services, un de chaque côté du navire. Avec plus de 8 000 personnes dans un espace quand même restreint l’hygiène est une phobie sur ce bateau. Il faut se laver les mains à l’entrée du buffet et des distributeurs de Purell sont disponibles à l’entrée de toutes les salles à manger et restaurants. Sur l’Harmony il y a même un bar « ascenseur » qui monte ou descend trois étages à toutes les demi-heures. On y offre des champagnes et des cognacs. On peut y pratiquer la marche ou la course, le basketball, la natation avec quatre piscines, l’escalade, le patinage, le surf, le voleyball, la tyrolienne, le shuffelboard, le mini-putt, le ping-pong et le bingo. Une salle de jeux pour les ados est également disponible. Une entente conclue avec Dreamworks amène à bord toute une série de personnages pour les enfants. Les personnages sont bien présents à bord au grand plaisir des petits.   Bien sûr tous les services que l’on trouve habituellement sur un navire de croisières y sont aussi offerts. L’Harmony pèse plus que 17 000 éléphants africains. Un jumeau de l’Harmony of the seas est actuellement en construction, à Saint-Nazaire lui-aussi, il s’appelera le Symphony of the Seas. Nous avons fait escale à Nasseau, St-Thomas et St-Maartin.

L’Harmony of the seas mesure 1 188 pieds/362 mètres de long, 215 pieds/65 mètres de large avec un tirant d’eau de 30 pieds/9 mètres. Il compte 2 747 cabines dont 46 peuvent accueillir des fauteuils roulants. Il peut recevoir jusqu’à 6 780 passagers qui peuvent circuler à l’aide de 24 ascenseurs sur 16 ponts. 1 768 cabines ont un balcon. RCCL affirme qu’un seul des quatre moteurs du navire produit autant de puissance que sept Ferrari. Sa vitesse maximale est de 25 nœuds/50 km/h. Il fait du 45 pieds/15 mètres au gallon. Il produit 4 100 tonnes d’eau potable par 24 heures. La piscine du spectacle de plongeon a près de 18 pieds de profondeur, la plus grosse en mer. Le Central Park au 8e étage compte 10 600 plantes, 52 arbres, deux murs végétaux et 70 tonnes de sol pour faire pousser les plantes avec un système automatique d’arrosage et de fertilisation. Il a fallu 500 000 pièces pour construire le bateau, 27 fois plus que la Tour Effel. Il compte 150 milles de tuyaux, 3 300 milles de câbles, il a fallu 158 503 gallons de peinture, 968 751 pieds carrés de tapis, 7 000 œuvres d’art.

La cuisine prépare 30 000 repas par jour dans 20 restaurants. Elle emploi 20 chefs, 222 cuisiniers et 102 plongeurs. Il compte 18 bars et 188 barmans. Tous les pains et pâtisseries sont faits à bord. Ils ont une machine qui fait 4 000 pains à l’heure. L’épicerie pour une semaine de croisière comprend :

15 600 livres de bœuf – 16 000 livres de poulet – 10 500 livres de porc – 1 800 livres de homards – 11 000 livres de fruits de mer – 4 000 livres de saumon – 86 400/ 7 200 douzaines d’œufs – 16 500 livres de farine – 3 500 livres de sucre – 1 500 livres de café – 45 000 livres de fruits frais – 62 000 livres de légumes – 600 livres de petits fruits – 18 000 livres de patates, on ne sert pas de patate en poudre – 8 000 gallons de crème glacée – 8 000 gallons de lait et crème – 5 800 livres de fromage – 10 200 bouteilles de bière – 8 500 canettes de bière – 11 500 canettes de boissons gazeuses – 2 225 bouteilles de vin - 175 bouteilles de whisky – 500 bouteilles de vodka – 175 bouteilles de champagne – 3 500 bouteilles d’eau – 4 200 contenants individuel de yogourt – 18 000 pointes de pizza.

 

 

QUEEN MARY 2 RÉNOVÉ

Le 3 octobre 2016 quelques heures après son arrivé, le Queen Mary 2 et son commandant Kevin Oprey (celui qui a porté secours à Mylène Paquette qui traversait l'Atlantique à la rame) a reçu la presse pour parler des travaux de rénovation de 132 millions $ effectués du 27 mai au 21 juin dernier au chantier naval de Hambourg en Allemagne le seul capable d'accueillir pareil navire. Les travaux ont duré 25 jours, dont 19 jours en cale sèche. Environ 5 000 ouvriers ont travaillé 24 heures par jour pour réaliser les travaux, soit environ un million d'heures de travail. Cunard fondé par un résident d'Halifax a aujourd'hui 176 ans. Elle est la seule compagnie à avoir un planétarium à bord, la première à offrir une bibliothèque et la seule à accueillir les chiens. D'ailleurs on a doublé la capacité du chenil et le salon attenant pour que les maître puissent dorloter pitou. L'ambassadrice du Château Frontenac, Daphnie, une chien de race Saint-Pierre, a visite les installations. Remarquez la borne-fontaine installée à la suggestion du Duc de Windsor. On s'est grandement inspiré de la décoration du premier Queen Mary. On a repeint l'intérieur (3 900 gallons de peinture), aménagé 50 nouvelles cabines dont 15 pour personnes seules, portant la capacité d'accueil du navire en occupation double de 2 592 à 2 961 passagers. Ils sont servi par un équipage de 1 178 personnes. On a refait tout l'étage des buffets (Queen's Grill et Princess Grill) et certains restaurants sont maintenant ouverts 24 heures par jour, tout un changement. On a changé 600 000 pieds carrés de tapis, changé 6 500 accessoires (lampes, etc) et installé 4 000 nouveaux cadres. La suite principale a été refait en entier. Pour l'occuper pendant sept jours, un couple doit débourser 40 000 $. Le Queen Mary 2 compte 17 ponts, soit l'équivalent d'un édifice de 23 étages. Il affiche 200 pieds de hauteur à partir du niveau de la mer. Il est maintenant classé 6e au monde par sa longueur et 11e par son nombre de passagers. Le Queen Mary 2 mesure 1 130 pieds/342 mètres de long, 135 pieds/41 mètres de large avec un tirant d'eau de 33 pieds/10 mètres. Il peut atteindre une vitesse de 30 noeuds/60 kilomètres à l'heure. Le commandant Opey m'a expliqué qu'il passait généralement deux mois à bord suivi de deux mois de congé. Sur une année c'est sept mois en mer et cinq mois de congé. Sa femme l'accompagne actuellement. C'est sa 6e visite à Québec. 

MARCO POLO

Le 22 septembre 2015 le Port de Québec a souligné le 50e anniversaire de la première escale du Marco Polo autrefois le Alexander Puchkin. Le capitaine du Port a remis un souvenir au capitaine du paquebot et chacun des passagers a reçu un exemplaire du document marquant l'anniversaire. Le paquebot construit avec cinq autres par la Russie, ceux-ci ont disparu depuis, a effectué sa première escale à Québec en avril 1966. Le capitaine avait alors remis au maire Gilles Lamontagne un cadeau du maire de Leningrad d'où il arrivait. Le navire fut l'ambassadeur de la Russie à Expo 67. Il était alors à l'avant-garde avec  piscine intérieur avec toit rétractable et une discothèque. Il effectuait alors des voyages transatlantique. Par la suite il effectua de nombreuses croisières sur le Saint-Laurent. En 1995 l'intérieur a été entièrement refait et les moteurs changés. Aujourd'hui, c'était sa deuxième escale cette année à Québec et il reviendra l'an prochain. Il avait à son bord aujourd'hui 678 croisiéristes et 343 membres d'équipage pour un voyage de 34 jours de Londres à Londres. Pour voir la description technique du navire cliquez sur bateaux + paquebots. Visitez le paquebot avec moi. 

MAASDAM

Le Maasdam de la Holland America Line est le plus fidèle paquebot à visiter le Port de Québec. Depuis 1999, il effectue une vingtaine d'escales par année. Depuis quelques années l'Eurodam, de la même compagnie,  a fait de Québec, un de ses ports d'embarquement. En 2012, un troisième paquebot de la HAL, le Veedam, viendra régulièrement à Québec lors de croisières entre New York et Montréal . Le Maasdam a été construit en 1993 par le chantier Ficantieri d'Italie. Il mesure 219 mètres (723 pieds) de long et peut accueillir 1 627 passgers entre Boston et Montréal. Holland American Line est une filiale du Carnival Group. Voici les images que j'ai eu le privilège de capter à bord.