PREMIÈRE DE 16 ESCALES DU ZAANDAM

C'est le premier paquebot de moyenne taille à arrêter à Québec. Les très grandes tailles viendront en septembre. Comme tous les navires il doit accoster face à la marée voilà pourquoi il a tourné de bord. Le Zaandam est un survivant. Quatre de ses frères de Holland America Line sont parmi les 13 paquebots vendus par le Groupe Carnival au début de la pandémie. Ce sont les Maasdam, Veendam, Rotterdam et Amsterdam qui venaient tous à Québec. Une vingtaine d'autres paquebots ont eu moins de chance, ils ont été envoyés à la déconstruction. Détails techniques du bateau sous "bateaux " + paquebots.

NCSM TORONTO ENTRE EN CALE SÈCHE

Le NCSM Toronto (333) est arrivé ce matin d’Halifax. Il est ancré à la pointe ouest de l’Île d’Orléans en attendant de prendre demain matin la place du NCSM St-John’s dans la cale sèche Lorne de Davie Canada de Lauzon. La frégate Toronto de 134 mètres de long par 16 de large est entrée en service en 1993. Elle fait partie des 12 frégates canadiennes qui doivent subir au cours des prochaines années des travaux de réfection. Davie Canada a obtenu un contrat de 500 M$, un des plus importants contrats accordé à Davie par le gouvernement du Canada au chantier de Lauzon pour rénover trois frégates. La prochaine sera le NCSM Frederiction. Le NCSM St-John’s (340) est entré en cale sèche le 20 juillet 2020. Les travaux qui emploient 400 travailleurs devaient se poursuivre jusqu’en avril 2021 mais ont été plus long que prévu. Le navire est sorti ce matin du 3 mai 2022 (photo courtoisie Davie Canada) . 

CANNE À POMMEAU D'OR 2022

La Canne à pommeau d’or du Port de Québec 2022 est remise au Federal Hunter qui arrive directement du port de Tuapse sur le Mer Noire en Russie d’où il est parti le 10 décembre dernier. Il est arrivé vers 16 heures le dimanche 02 janvier. Le Federal Hunter, un cargo de Fednav, a été construit en 2001 au Japon. Il mesure 200 mètres de long par 24 de large. La Canne à pommeau d’or est remise par le Port de Québec depuis 1835. Le premier navire de l’année arrivait alors au début d’avril, voir en mai. Depuis l’ouverture du Saint- Laurent à la navigation d’hiver en 1954 les navires arrivent au tout début de l’année. Les trois dernières années se sont des supers pétroliers d’Euronav qui ont remporté le trophée.  Fednav est la plus grande entreprise canadienne de transport maritime international de vrac. Elle a son siège social à Montréal depuis plus de 75 ans, Elle exploite 120 navires. Elle possède la première flotte de glace au monde. Ses navires sont surnommés les « spaghetti » parce qu’ils sont plus étroit qu’ils devraient l’être de par leur longueur afin de pouvoir naviguer dans la Voie maritime du Saint-Laurent. 

LE DERNIER VOYAGE DE L'APOLLO

Le traversier Apollo a finalement entrepris son dernier voyage vers 16 heures le 02 août 2021 remorqué par le Mirjana K et escorté par l’Océean Raynald T. L’Océan K. Rusby a aussi assisté le navire au départ. L’équipage a attendu le passage du cargo Federal Ems qui allait chercher une nouvelle cargaison à Baie Comeau comme le veut la loi maritime. Il a aussi fallu attendre que la marée soit à l’étale pour faciliter la manoeuvre. L’Apollo avait été amené près de la voie navigable le 8 juin et le Mirjana K était arrivé le 26 juin mais des ennuis mécaniques du remorqueur ont retardé le départ de plus d’un mois. Le voyage durera plus d’un mois puisque l’équipage est attendu en Turquie le 3 septembre là où le rafiot sera déconstruit. L’Océan Raynald T. escorte le bateau jusqu’à l’Île aux coudres attaché à l’Apollo au cas où il y aurait des problèmes durant le passage dans le chenal maritime. Ils naviguent à 6 noeuds. Rappelons que l’Apollo a été construit en Suède en 1970, il y a 50 ans. Il mesure 109 mètres de long. En  2000 il a été acheté par Woodward Group de Terre-Neuve et Labrador. La Société des Traversiers du Québec l'a acquis en 2018 pour remplacer le F.-A. Gauthier qui connaît des problèmes de moteur malgré qu’il soit tout neuf. Mais les avaries et les accidents entraînent la mise au rancart de l'Apollo après 17 jours de services. Il fut définitivement retiré du service en mars 2019. Il fut ensuite vendu à un organisme sans but lucratif de Godbout pour en faire un récif artificiel pour attirer les plongeurs. Faute d’argent le projet a été abandonné et le rafiot vendu à un ferrailleur du Nouveau-Brunswick à qui la société de Godbout a remis les 200 000 $ qui restait dans le fond. Mais la Ville ou il est installé a refusé de recevoir l’épave qui s’en va finalement à la déconstruction. L’épopée aura coûté au moins 5 M$ à la Société des Traversiers du Québec. 

EN ROUTE POUR LE MAINE

Remorqueur Sarah Dann et une barge transportant une grue partie de Port Colborne en Ontario le 3 juin doit arrivé à Kittery dans le Maine le 17 juin. Navigue à 10 noeuds.

UN PONT EN ROUTE POUR TORONTO

Un deuxième pont en route pour Toronto. Cette fois il s’agit du pont de la rue Commisonners. Deux autres ponts devraient être acheminés dans la ville Reine au cours de l’année. Le pont a été assemblé à Dartmouth en Nouvelle-Écosse avec des pièces venues des Pays-Bas. Il mesure 260 pieds de long et pèse 650 tonnes. Il est parti d’Halifax le 4 mai pour un voyage de 1 300 kilomètres. Il est passé devant Québec le 8 au matin pour arriver à Toronto le 12 si tout va bien. L’équipage voyage à 10 nœuds soit environ 15 kilomètres à l’heure. Il est l’un des quatre ponts qui enjamberont la Don River dans le cadre d’un projet de revitalisation de la bordure maritime de Toronto. Le premier pont était passé devant Québec dans la nuit du 3 novembre dernier. Le pont est placé sur une barge remorquée par le Lois M. 

CE NE SERA PLUS JAMAIS PAREIL

Le Groupe Carnival propriétaire d’une centaine de navires de croisières sur les 365 qui parcouraient les mers du monde a annoncé la vente de 13 de ses navires les plus vieux pour faire face à la crise provoquée par le coronavirus. Le Groupe Carnival possède les marques suivantes : Carnival Cruise Line, Princess Cruises, P&O Cruises, P&O Cruises Australia, Costa, AIDA, Holland America Line, Cunard et Seabourn. Parmi les paquebots vendus quatre sont de Holland America Line le plus important utilisateur du Port de Québec au niveau de la croisière. Les navires vendus sont : le Maasdam qui est venu à Québec une quinzaine de fois par année pendant 19 ans amenant chez nous plusieurs centaines de visiteurs; le Veendam son jumeau qui allait bientôt célébré ses 25 ans à Québec; le Rotterdam qui venait trois ou quatre fois par année à l’automne pendant plusieurs années et l’Amsterdam qui devait entreprendre en 2020 sa première série d’une douzaine d’escales dans la capitale. Ces ventes permettront à Groupe Carnival de passer à travers la crise, espère-t-on, lui qui a été obligé de chercher du financement en Arabie Saoudite. Il se pourrait bien que d’autres annonces du genre soient faites au cours des prochains mois. Les experts estiment que la reprise ne se fera qu’en 2021 même si certains compagnies ont recommencées à voyager mais dans des conditions inimaginables : sans escales, portant le masque tout le temps, etc. 

PLEINE LUNE DES FLEURS 7 MAI 2020

L'ESTUAIRE DE LA RIVIÈRE SAINT-CHARLES

Depuis quelques années le Port de Québec amarre des paquebots dans l'estuaire de la rivière Saint-Charles.  Plusieurs demandant s'il y a assez de place. Voyez par vous-même. Les navires de croisières peuvent même y virer de bord. Un grand chapiteau a même été installé sur le quai, la ligne blanche au-dessus des silos à grain.

VUE AÉRIENNE

le 25 septembre 2009. L'Aïdaaura, l'Eurodam et le Maasdam. Ce dernier navire a effectué le 27 septembre, sa 100e escale à Québec. Il y a amené 129 000 voyageurs.

LES PLUS GROS EN 2019

Queen Mary 2          345 mètres

Mein Schiff 1           316 mètres

MSC Meraviglia      316 mètres