OCEAN CARTIER

Un nouveau remorqueur au Port de Québec, l'Ocean Cartier  ancien Svitzer Cartier, un remorqueur qui avance en reculant sur grande distance. Rarement vue ça. 

DU NOUVEAU CHEZ GROUPE OCEAN

À la suite de la cessation des activités de Svitzer Canada à Montréal, Océan a décidé de faire l’acquisition des trois remorqueurs Svitzer : le SVITZER NJAL (photo), le SVITZER CARTIER et le SVITZER NERTHUS. Le personnel navigant des trois remorqueurs se verra offrir la possibilité de postuler chez Océan en fonction des emplois actuellement à pourvoir et en respect des conventions collectives. Les nouveaux remorqueurs viendront appuyer les opérations et seront déployés dans les différentes places d’affaires, en fonction des besoins, de l’évolution des contrats et des opportunités de développement. Cela porte à 36 le nombre de remorqueurs du Groupe Océan. Le SVITZER CARTIER intègrera la flotte en juin 2017 puis, en automne, ce sera au tour des navires SVITZER NJAL et SVITZER NERTHUS. 

FAIRMOUNT GLACIER

Remorqueur de haute mer Fairmount Glavier parti de Finlande le 6 avril 2017 avec une barge transportant des pièces pour le projet Resolve et livrées au Chantier Davie du quartier Lauzon à Lévis au petit matin du 01 mai 2017.

L'OCEAN TAÏGA

Le Groupe Ocean a baptisé ce 28 octobre 2016 son plus récent remorqueur de classe mondiale, l’Ocean Taîga un des plus puissant de l’est du Canada avec son jumeau l’Ocean Tundra entré en service en 2013. Construit au chantier Ocean de l’Île-aux-coudres, le remorqueur mesure 36 mètres/119 pieds de long par 13/43 de large avec un tirant d’eau de 6,1 mètres/20 pieds. Propulsé par deux moteurs « azimut » d’une puissance totalisant 8 000 chevaux vapeurs, l’équivalent de 10 camions semi-remorques, l’Ocean Taïga a une puissance de traction de 100 tonnes, soit près du double des autres remorqueurs. Son système lui permet de demeurer dans une position fixe même dans des endroits restreints. Il peut aussi tourner sur lui-même. Il possède des génératrices d’une puissance de 750 kilowatts. Bien qu’il puisse être opéré par trois personnes, il est équipé pour accueillir un équipage de 10 marins. Il est doté de puissantes pompes pour combattre les incendies. Il peut même créer une bulle d’eau pour assurer sa propre protection avec un système d’une capacité de 2 400 mètres cubes à l’heure jusqu’à 130 mètres/430 pieds. L’équipage bénéficie de la télé par satellite, d’internet et d’un téléphone. Ses installations occupent trois étages. L’Ocean Taïga est équipé pour traiter toutes ses eaux usées, en faisant un des navires les plus verts de sa catégorie. Il a fallu un an pour construire le prototype, l’Ocean Tundra et 10 % moins de temps pour l’Ocean Taïga d’une valeur de 24 millions de dollars. 

SHARON M 1 ET NIAGARA SPIRIT

remorqueur Sharon M 1 mesure 35 m (115 p) de long avec une force de 55 tonnes. barge Niagara Spirit mesure 109 m (390 p). De St-Jean, Terre-Neuve à Québec. 

BOULDER EN ROUTE POUR LA TURQUIE

La barge Algoma Navigator s'en va à la ferraille. Elle sera démantelée en Turquie. Le remorqueur Boulder la remorque alors que le remorqueur Molly M a assure la fonction de gouvernail. L'équipage est parti de Montréal vers 11 heures ce matin du 27 mai 2016. Il est passé devant Québec vers 19 heures. Les bateaux devraient arrivé en Turquie le 28 juin, soit dans un mois. Le nom de la barge a été partiellement effacé, mais on peut constaté la ressemblance avec l'Algoma Navigator durant son service.  Le navire a été construit en 1967. Il mesurait alors 173 mètres (567). Il a été vendu en 1969 et allongé à 197 mètres (647 Pieds). Algoma l'a acheté en 1980 et allongé à nouveau à 222 mètres (729 pieds). Il a été retiré du service le 15 avril 2016. 

KALIUTIK

Remorqueur Kaliutik de la Labrador Inuit Developpement Corporation tirant une barge de McKeil. Aucun détail sur origine et destination. 

VITZER CANADA

Svitzer Nerthus et Svitzer Njal deux remorqueurs habituellement en poste dans les Ports de Baie Comeau, Port Cartier et Milne Inlet en Terre de Baffin en route vers Montréal le 9 mars 2016. Vitzer Canada a son siège social à Halifax. 

OCEAN TUNDRA

Ocean Tundra
Ocean Tundra

 

Le baptême du plus puissant remorqueur portuaire construit au Canada, le Tundra 100, a été effectué le 13 décembre 2013 au quai de la Pointe-à-Carcy du Port de Québec.  Le navire de 36 mètres (119 pieds) avec un tirant d’eau de 6,4 mètres (21 pieds) a été construit au chantier du Groupe Océan à l’Isle-aux-Coudres au coût de 24 M$. Monsieur Jacques Tanguay, premier vice-président et directeur général chez Océan, n’avait que de bons mots : « Nous sommes fiers de l’équipe de l’Isle-aux-Coudres. C’est une réussite de bâtir un navire aussi complexe. La demande pour ce type de navire existe pour l’accostage de grands minéraliers et pétroliers, tels les Chinamax (330 mètres – 1 089 pieds - de longueur et capacité de chargement de 300 000 tonnes), qui entrent de plus en plus dans nos eaux ». Près de cent employés ont participé à la construction du Tundra 100. Ce bateau est d’une puissance unique au pays selon Manon Lavoie, directrice générale d’Industries Océan : « Le navire combine 8 000 forces de moteur à une puissance de tire au bollard de 100 tonnes. Il a aussi une grosse capacité de réservoir et peut donc naviguer sur de longues périodes. Il est certifié classe de glace A1 Super pour naviguer dans des conditions extrêmes, comme dans l’Arctique ». Le nouveau navire sera rempli de ses quelque 250 000 litres d’essence; les génératrices et les moteurs devraient vrombir au cours des prochains jours alors que l’Ocean Tundra gagnera le port de Sept-Îles où il sera en service. Industries Océan travaille à la construction d’un autre remorqueur, de 25 mètres (82 pieds) celui-là, d’une valeur de 10,6 M $ ainsi que d’une drague à élinde traînante de 25 M$ ce qui permettra de maintenir 160 emplois.

 

LA DRAGUE OCEAN TRAVERSE NORD

Le Groupe Océan, dont le siège social est situé  au Bassin Louise, a baptisé le 16 août 2012, la plus grosse drague au Canada. Le navire de 64 mètres (211 pieds) de long par 13 mètres (43 pieds) de large a été construit au coût de 25 M$ au chantier naval de l’Île-aux-coudres. Il peut draguer jusqu’à 30 mètres de profondeur. La drague peut littéralement s’ouvrir en deux pour larguer son chargement de sédiments. La décision de construire la drague a été prise après avoir obtenu un contrat de 30 M$ du gouvernement fédéral pour draguer, pendant 7 ans, la Traverse nord, une partie du chenal de navigation à l’est de l’Île d’Orléans.   Le secteur de la Traverse du Nord, d'une longueur d'environ 30 kilomètres, présente plusieurs particularités. On y recense annuellement environ 6 000 passages de navires. On y retrouve les conditions de navigation les plus sévères du fleuve. Les tempêtes de vents y sont fréquentes, ce qui génère des vagues de forte amplitude. Les courants produits sous l'effet de la marée et de la rencontre des eaux douces et salées sont puissants et imprévisibles. C’est ce qui amène au fond du fleuve une grande quantité de sédiments. Les navires doivent également faire face à des variations quotidiennes de plus de six mètres du niveau de l'eau à cause des marées. La drague est en quelque sorte un aspirateur géant qui aspire les sédiments dans le fond du fleuve pour les entreposés sur le navire avant d’aller les déposés sur les berges du fleuve puisqu’elle peut souffler les sédiments à un kilomètre. C’est ainsi que l’on a aménagé des plages, la plage du foulon notamment, sur les berges du St-Laurent sur les 2 rives. Au cours des prochaines années, le Groupe Océan pourrait bien se servir de ces résidus de draguage pour refaire une partie des plages de la Gaspésie emportées par l’érosion des berges

REMORQUEUR 2.0

Avez-vous remarqué que les remorqueurs du Groupe Océan dans le Port de Québec tournent comme sur un « dix cents » lorsqu’ils exécutent une manoeuvre ? Vous vous demandez comment ils font ça ? C’est simple. Tout comme les paquebots, les remorqueurs sont maintenant munis de pods. C’est un moteur, encerclé par un cerceau de métal, qui peut tourner à 360 degrés et propulser un jet d’eau puissant qui dirige le bateau. Donc plus besoin de gouvernail, ce sont les moteurs qui sont dirigés par des « joys sticks », comme un jeu sur ordinateur, qui donnent la direction du remorqueur. J’ai pu voir, récemment, le Océan Henry Bain qui travaille habituellement à Québec, qui était au chantier naval de l’île-aux-coudres. Comme il était hors de l’eau nous pouvons voir facilement de quoi il s’agit.

LE GROUPE OCÉAN

On les voit s’affairer autour des mastodontes de la mer, tels des libellules, pour faciliter l’arrivée et le départ des cargos et super pétroliers. Ces remorqueurs sont propriétés du Groupe Océan qui assure ces précieux services dans tous les ports du Saint-Laurent. L’entreprise  a son siège social à Québec. Le Groupe Océan célèbre en 2012 son 40e anniversaire.

 

      Océan K. Rusby              pavoisement        Océan Bertrand Jeansonne

      Océan Charlie            Océan Henry-Bain       Océan Raymond-Lemay

                             Le nouveau Ocean Georgie-Bain

     Ocean Foxtrot        Ocean Bertrand Jeansonne       Ocean Delta

Ocean Ross Gaudreault       Ocean Express      Ocean Le Phil D. & barge

                                       bateau des pilotes

     Ocean André H.              Ocean Jupiter                   Ocean Tundra

      Trois-Rivières

        Ocean Arctique      Ocean Yvan Desgagnés        Ocean Echo 2

         Ocean Taïga               Ocean R.F. Grant

C’est un trifluvien, monsieur Gordon Bain, qui a fondé le Groupe Océan en 1972. Monsieur Bain était alors plongeur et il avait souvent besoin de l’aide d’un remorqueur. Plutôt que de continuer à louer ces navires, il a décidé d’en acheter un et de fonder Aqua-Marine. En 1987, il achète Les Remorqueurs de Québec Limitée et devient Océan construction. Depuis 1990, l’entreprise fait de nombreuses acquisitions tout le long du Saint-Laurent et devient le Groupe Océan en 1995. En juin 2005, une nouvelle filiale offre ses services dans trois ports de l’Ontario : Hamilton, Oshawa et Toronto. Le Groupe Océan possède 21 remorqueurs, 30 bateaux de travail et 200 barges.   Il possède les remorqueurs « les plus verts » au Canada. Trois remorqueurs sont actuellement en construction. Le Groupe Océan a été le premier à avoir des remorqueurs-incendie sur le Saint-Laurent.

 

Le Groupe Océan offre une foule de services maritimes, allant même jusqu’à remorquer des glaciers loin des plate-formes de forage. L’an dernier, il a été le premier à charger sur des barges du minerai de fer de haute qualité sur l’Île de Baffin dans l’Arctique pour le transborder sur des vraquiers qui allaient le livrer en Europe.

 

Dans le port de Québec, le Groupe Océan a trois remorqueurs et deux bateaux-pilotes. L’hiver, un remorqueur sert à transporter les pilotes du Saint-Laurent à bord des navires. Ils ont pour nom : Océan   K. Rusby, Océan Raymond-Lemay et Océan Bertrand Jeansonne.

 

Le Groupe Océan est aussi propriétaire d’un chantier maritime à l’Île-aux-Coudres dans Charlevoix. En 1995, il s’est associé à Chantier AML avant d’acquérir la totalité des installations en 1997.

 

En janvier 2006, la filiale Océan Navigation se voit décerner, conjointement avec son partenaire Kruger, les prix suivants : Prix Environnement de l’AQTR, première place dans la catégorie Transport   et Prix spécial du Jury lors de la soirée Énergia 2006. 

 

L'un des plus récent remorqueur a été baptisé dans le Port de Québec le 9 juillet 2010. Il s’agit du Océan Bertrand Jeansonne en l’honneur d’un homme d’affaires qui a eu une influence majeure dans le parcours professionnel du président du Groupe Océan, monsieur Gordon Bain. Le nouveau remorqueur a une longueur hors tout de 30.80 mètres (101 pieds) une largeur de 11.14 mètres (36 pieds 6 pouces)  et une profondeur de 5.21 mètres (17 pieds). Il peut opérer avec un équipage variant de 2 à 7 personnes. Il a été construit par une filiale du groupe Irving, au chantier naval East Isle Shipyard de l’Île-de-Prince-Édouard.

 

Il s’agit du 4e de huit remorqueurs planifiés pour joindre les rangs de la flotte Océan en moins de quatre ans à Québec, après le Ocean K. Rusby en octobre 2005. le Ocean Raymond Lemay en juin 2007 et le Ocean Hery Bain en septembre 2007. Les quatre derniers remorqueurs seront livrés d’ici la fin de 2011. Il s’agit d’un investissement total d’environ 90 millions de dollars.

 

À l'automne 2010, le Ocean Ross Gaudreault est arrivé à Québec directement du chantier. On avait caché son nom pour garder le secret.

 

En 2009, le Groupe Océan Océan est reconnu comme pionnier sur le Saint-Laurent et les Grands Lacs. Il emploie plus de 450 personnes, détient la plus importante flotte canadienne d’équipement maritime et offre une vaste gamme de services intégrés : remorquage portuaire, transbordement de pilotes, renflouage, récupération d’épaves, construction et réparation navale à flots ou en cale sèche, location d’équipement maritime, dragage, soudure, usinage de pièces, mécanique, transport par tandem remorqueur/barge, touage sur courte et longue distances, et bien plus encore. L’entreprise utilise des méthodes de travail avant-gardistes et innovatrices de même que des équipements à la fine pointe de la technologie. Elle s'appuie sur une équipe

de travailleurs diversifiée, hautement spécialisés dans leur domaine et dont le savoir faire est reconnu par leurs pairs partout au pays. Et comme tout le monde dans l’industrie maritime canadienne, le Groupe Océan est activement à la recherche de personnel qualifié.

 

En novembre 2009, le Groupe Océan se dote d’un autre remorqueur du 21e siècle, le Ocean Georgie Bain, en dommage à Madame Georgette Hébert-Bain, mère du président et chef de la direction du Groupe Océan inc., Monsieur Gordon Bain. Le remorqueur a été construit au chantier naval Industries Océan inc., à l’Isle-aux-Coudres. Il est propulsé par deux hélices omnidirectionnelles et comporte, enture autre, un système de lutte contre les incendies ainsi que tous les éléments indispensables pour offrir des prestations viables et sécuritaires.

 

Le Ocean Georgie Bain sera affecté au port de Montréal.  Le nouveau remorqueur est le 5e de huit qui joindre la flotte en quatre ans. La construction de ces nouveaux remorqueurs représente un investissement d’environ 90 millions de dollars.

 

 

REMORQUEURS

D'autres remorqueurs travaillent sur le Saint-Laurent pour aider au transport de différentes marchandises.

            remorqueur Leonard M et la barge MM New Foundland

        Coriolis II                 Jerry Newburry              Lac Vancouver

        Cape Crow                     Reliance                         Alex Gordon

        Ionion Pelagos                 Sandra Mary                     Zeus

                           remorqueur Jarrett M et la barge OC II

      Huron Service-                   John Spence +                     Ecosse

      Energy 6506                     Niagara Spirit 

                             Tony MacKay et Labrador Spirit

                                  Point Viking et sa barge

           R.F. Grant                          Mako                         Soulange

       Eileen McAllister          Genesis Victory               Nordic Tugs

remorqueur Suzan McAllister remorquant le remorqueur Daniel McAllister de Norfolk à Cleveland en passant par Québec. 

   remorqueur Altantic Elm et barge JMC 48              Renald Polaire

          Louis Riel.1                  Le Cageux                Katie G. MCallister

        Dylan Cooper        Michigan et Great Lakes         VB Hispania

remorqueur Leo A. McArthur

    et barge John J. Carrick.

MARIYA MORAN

MARIYA MORAN remorqueur tout neuf construit en 2015 par le chantier Patti Shippyards Incoporated de Pensacola en Floride pour la Moran Towing Corporation de New Canaan au Connecticut. C’est le premier du genre pour la compagnie. Il sera « marié » à la barge Texas de 425 pieds de long construite par la Manitowoc Marine Group de Sturgeon Bay au Wisconsin qu’il va rejoindre. Ce samedi 11 juillet 2015 il arrive de Rostock en Allemagne. Il mesure 116 pieds de long. La Moran Towing Compagnie a été fondée en 1860 par Michael Moran à New York. C’est cette compagnie qui a transporté le sol excavé pour la construction du métro de New York et pour la construction du canal de Panama. Durant la 2e guerre mondiale l’entreprise a grossie et agrandie son territoire. En 1994, la compagnie a été vendue par la famille Moran et les nouveaux propriétaires ont acheté plusieurs autres entreprises de remorquage.